408cm2

Alain BOUCHER, rédacteur maritime

 

 

 Au besoin, cliquer sur ce titre pour accéder à la fenêtre de commentaires, en bas de page.

Microsite mis à jour le 16 novembre 2016

 

©Boucher_EstuairePassageHiverIAC

         

           Alain BOUCHER
           - rédacteur agréé -
           est travailleur autonome
           d’expérience et pigiste,

           particulièrement investi
           en transport maritime
           et navigation.

 

 

 

          Lorsqu'elles seront lues, vos communications écrites

          seront comprises, même si vos messages sont techniques et complexes.

 

 

          Entre majuscule initiale et point final,

          BOUCHER le rédacteur


          exprime vos idées, vos projets et vos besoins,

          à l'intention de vos lecteurs,

          dans un français écrit de grande qualité,

          avec des mots justes et précis,

          simples mais personnalisés.

          Peu importe votre domaine de spécialité,

          le but est d'organiser et de concrétiser vos messages

          afin qu'ils soient compris. 

 

 

 

 

 

BOUCHER le rédacteur est aussi BOUCHER l'écrivain de la Mer,
à explorer par ICI.

 

La populaire fiche de dégustation du cidre a été reclassée à la page Archives -- Autres archives.

 

 

 


01 octobre 2016

Savoir-simplifier

 

 

 

«
Les résultats à l’
Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA-2003) montrent que la moitié de la population québécoise adulte de 16 à 65 ans n’a pas les compétences requises en littératie pour comprendre et pour utiliser des informations imprimées, dans leur vie quotidienne, à la maison, au travail ou dans leur communauté.

La littératie désigne « la capacité d’utiliser le langage et les images, de formes riches et variées, pour lire, écrire, écouter, parler, voir, représenter et penser de façon critique. Elle permet d’échanger des renseignements, d’interagir avec les autres et de produire du sens » (Moreau, Hébert, Lafontaine et Leclerc, 2007, p. 1).

Ces personnes en situation de compétences réduites en littératie peuvent difficilement participer activement au monde actuel, qui se veut une société du savoir. La situation est encore plus inquiétante pour les personnes vivant une situation de handicap, puisque 60 % de ces personnes ont des taux faibles ou très faibles en littératie.

Les rédacteurs et les différents services ont donc la responsabilité de concevoir et d’adapter leurs documents d’information en tenant compte de cette réalité.  

»

 

 

Tiré de l'introduction du Guide de rédaction pour une information accessible
de Ruel, J., Kassi, B., Moreau, A. C. et Mbida-Mballa, S. L. Gatineau, Pavillon du Parc, 2011, 62 pages.
et
Moreau, A. C., Hébert, M., Lafontaine, L., Leclerc, M. et Pharand, J. ÉRLI en bref.
Équipe de Recherche en Littératie et Inclusion - ÉRLI, Gatineau, Université du Québec en Outaouais, 2007.

 

 

Ce « savoir-simplifier » est une préoccupation de tous les instants et la démarche systématique
de rédaction d'Alain Boucher, réd. a., en toute situation qui requiert un soin particulier.
Les principes du « savoir-simplifier » s'appliquent aux aspects structurel, informatif, linguistique et visuel.

Et le résultat n'est jamais un document simpliste.

 

 

 

L'orthographe recommandée, ou Nouvelle orthographe

 

 

 

 

vignetteAu cours des siècles, la langue française a largement évolué, et son orthographe a fait l’objet de plusieurs réformes. Aujourd’hui, l’orthographe du français connait une nouvelle évolution. En effet, les instances francophones compétentes, parmi lesquelles l’Académie française et de nombreux organismes internationaux de la Francophonie -- incluant au Québec --, ont proposé un nombre modéré de rectifications orthographiques.

Ces rectifications, qui touchent environ deux-mille mots, ont pour but d’unifier la graphie de certains mots, de supprimer certaines incohérences, de clarifier des situations confuses, pour contribuer ainsi au renforcement, à l’illustration et au rayonnement de la langue française à travers le monde.

L’emploi de la « nouvelle orthographe » n’est pas imposé, mais il est recommandé. Dans l’enseignement et dans la correction comme ailleurs, aucune des deux graphies -- ni l’ancienne ni la nouvelle -- ne peut être tenue pour fautive.

Les ouvrages de référence (dictionnaires, grammaires, etc.) sont mis à jour, parfois progressivement. Quant aux outils informatiques, ils s’adaptent eux aussi : d’ores et déjà, tous les correcteurs informatiques couramment employés tiennent compte de la nouvelle orthographe.

 

Alain Boucher, réd. a., emploie l'une ou l'autre orthographe, à la commande du client.

Toutefois, comme il ne s'agit pas d'une écriture phonétique mise en place pour simplifier la vie des écoliers et compliquer celle des adultes, et que le but est d'éliminer plusieurs incohérences et anomalies afin de régulariser une partie du système, je recommande fortement de suivre le mouvement international d'évolution.

Pour en savoir plus, consultez le site d’information www.orthographe-recommandee.info.

 

Tiré du miniguide La nouvelle ortographe, parlons-en!, disponible en téléchargement à partir de ce site. 

 

 

 

Posté par Alain BOUCHER à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,